Lettre aux anti-corses (G X Culioli)


lettre anti (Large)

L’assassinat du préfet Erignac a déclenché en France une campagne anti-corse qui a bien souvent pris la forme d’un racisme distillé par la nomenklatura française. Hommes politiques, écrivains, journalistes y sont allés de leur petite plume pour salir ce peuple soudain désigné comme “préfetticide”, fraudeur, parasite, etc. Durant l’enquête menée par les services de l’antiterrorisme, des milliers de Corses ont été entendus ou arrêtés. Plusieurs ont été abusivement incarcérés. Puis le préfet de la Corse, Bernard Bonnet, s’est retrouvé en prison après avoir été désigné comme l’instigateur d’opérations clandestines visant à détruire des paillotes et à déstabiliser la situation insulaire.

Gabriel-Xavier Culioli s”en prend ici à tous les anti-corses, au premiers rand desquels se trouvent les nationaux républicains qui, du ministre Chevènement à Michel Charasse en passant par Marie-France Garaud, accusent la Corse de tous les péchés de France et de Navarre. dans un style pamphlétaire, il reprend un par un les griefs qui sont fait à la Corse et y répond souvent de façon vive.

Le livre se termine par une soixantaine de chansons écrites à la manière des chansonniers. toutes ont trait à l’incendie des paillotes, au dérapage d’un préfet Béret et  à la politique insulaire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *