Bonaparte et Paoli, aux origines de la question corse de Charles Napoléon


bonapao 001Chacun pressent que les débats actuels sur la Corse, communauté de 250.000 personnes parmi 60 millions de français, renvoient à des évènements forts et anciens, qui ont marqué les mentalités collectives de part et d’autre de la Méditerranée. Il s’agit d’une histoire vieille de plus de deux siècles, celle de la rencontre de la volonté d’indépendance d’un peuple, incarné par pascal Paoli, et de la révolution française, représentée par celui qui n’était encore que lieutenant-colonel des gardes nationales corses. Napoléon Bonaparte. Paoli est aujourd’hui mal connu, car son destin politique fut moins national qu’insulaire. Pourtant, dès 1755, il gouverne la Corse, appuyé en particulier par Charles Bonaparte, le père de Napoléon, sous les mêmes grands principes qui devaient inspiré les pères de la constitution américaine, et, plus tard, les hommes de 1789. Avec son frère aîné, Joseph, lui aussi très engagé, je jeune Napoléon portait au chef de la nation corse des sentiments d’admiration quasi filiaux, et brûlait de se mettre à son service pour la liberté de leur île.
Or, la révolution les sépara et transforma le jeune général qui n’était pas encore revenu du parti Jacobin en farouche adversaire de Paoli, qui le chassa de l’île en 1793. Jusqu’à Sainte-Hélène, l’Empereur regrettera le rendez-vous manqué avec le héros de sa jeunesse, un rendez-vous que depuis lors la Corse et la République peinent l’une et l’autre à honorer.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *