Pascal Paoli, père de la patrie corse d’ Antoine Marie Graziani


babu

“Toute l’Europe est Corse”. Ainsi s’exclame Voltaire, ému, fasciné même par l’héroïsme de pascal Paoli dont la légende, de son vivant, passionne l’Europe des Lumières.Héros de l’indépendance de la Corse, Paoli s’employa sz vie durant à faire de son peuple une nation, et de son île un Etat, avec sa constitution (pour laquelle Jean-Jacques Rousseau proposa sa plume), son armée, sa monnaie, son université. Né en 1725, il combattit contre l’occupant génois, puis contre les Français, et multiplia les alliances, notamment avec l’Angleterre qui lui offrit un temps sa protection, avant qu’il ne s’y exile, pour toujours. République autonome qui inspira de nombreux pays (dont l’Amérique) puis royaume sous contrôle britannique, la Corse s’affirme alors dans un esprit d’indépendance que n’affaiblira pas son rattachement à la France en 1796.Mais parler de Paoli, c’est aussi évoquer sa rencontre avec Boswell, le célèbre mémorialiste écossais qui donna aux Corse une aura de champions de la liberté et a Paoli la stature d’un héros. Parler de Paoli c’est enfin se pencher sur le mythe paolien. Aux cours des années 1760, livres, gazettes, correspondance abondent en éloges, dictés quelquefois par des intérêts nationaux ou privés, le plus souvent par l’enthousiasme. De Catherine de Russie à Frédéric II, l’Europe des lumières communie alors dans une admiration qui culminera après la défaite de Ponte Novu contre les Français. Alors “législateur démocrate” ou “despote éclairé”? La réalité est sans doute plus complexe, elle n’en est pas moins passionnante et fait de Paoli, le “père de la patrie corse” en même temps qu’une figure majeure de l’histoire universelle de la liberté.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *