Mines et mineurs de Corse (A Gauthier)


numérisation0008 (Large)

Ce livre a une double ambition :

  • Présenter une étude complète, sinon exhaustive, des vingt concessions minières et de la quinzaine de gisements importants de l’Île tout en signalant également les indices mineurs et les minéralisations originales ;
  • Donner la parole aux acteurs de l’exploitation minière et essayer de comprendre les véritables raisons de l’échec de l’industrialisation de l’Île dans ce secteur.

Les auteurs de l’antiquité n’ayant jamais traité des ressources minières de l’Île, seuls les vestiges archéologiques nous renseignent jusqu’à la période génoise où des traces de cette activité apparaissent dans les archives.

La fin de l’époque génoise et le début de la période française sont ponctués de missions minières destinées à connaître le potentiel de ce territoire nouvellement conquis.

Pour l’époque moderne, postérieure à l’élaboration du code minier (1810), les sources sont abondantes, notamment les rapports des ingénieurs ordinaires ou en chef, des gardes puis des contrôleurs de mines qui livrent des informations précises sur les industriels, financiers, hommes politiques ou techniciens qui furent les acteurs de cette aventure. En revanche, les archives sont muettes sur la condition des mineurs. Certes, leur nombre et leur nationalité sont souvent connus, leur nom apparaît parfois, souvent à l’occasion d’accident, leur salaire est évoqué, mais leur condition de vie, leur intégration dans la société corse, nous échappe en grande partie.

C’est donc à tous ces anonymes qui ont écrit avec leur sueur, et parfois leur sang, l’histoire des mines insulaires que nous dédions ces pages.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>